Labels

Wednesday, May 10, 2017



(Charles) Kushner se trouve dans un complot, avec d’autres complices, consistant à recruter des prostituées pour séduire les témoins qui coopéraient à une enquête fédérale.
Field McConnell, ancien Marine des Etats-Unis
Plum City Online – (AbelDanger.net)
le 13 avril 2017

Pour qui de droit :
Field McConnell – Marine des Etats-Unis et Directeur opérationnel monde de Abel Danger – a établi le lien entre l’utilisation supposée par les associés de Jamie Gorelick et de Jared Kushner, du logiciel JABS* du Département de la Justice afin de recruter des prostituées et des clients victimes de chantage pour des ‘rave parties’ dans une porcherie de Colombie Britannique (1996-2002), et des donateurs de la Fondation Clinton qui semblent avoir inséré des fausses informations dans le réseau « federal bridge** » pour dissimuler une attaque au gaz sarin le 4 avril par les Démons*** de Serco 8(a) sur une ville du sud d’Idlib, faussement attribuée au gouvernement Syrien.

* Joint Automated Booking System (JABS) (Système de réservation partagé automatisé) – un logiciel développé par Nortel Governement Solutions pour le Département de la Justice (DOJ) pour insérer des empreintes digitales, photographies et données biographiques dans le réseau de communication fédéral avec de faux techniciens scientifiques de scène de crime, de faux laboratoires et de fausses identités.


**L’autorité de certification Federal Bridge – Un réseau compromettant de chantage sexuel apparemment mis au point par des filiales de Serco 8(a) pour les mécènes de la Fondation Clinton permettant de synchroniser l’insertion de fausses informations  à travers les médias avec des coups montés, des opérations de sabotage, de meurtre, de propagande et/ou de trafic d’enfants.



***8(a) Démons – Utilisation de l’horloge de Serco pour synchroniser l’assassinat, le sabotage ou des attentats avec des fausses victimes par des entreprises 8(a) avec l’insertion de fausses informations par des acteurs tracés par le logiciel de reconnaissance faciale Demon de Serco.

Text Box: En Syrie, des équipes de tournage réalisent de faux reportages d’attentats avec des acteurs payés, qui sont ensuite insérés dans les médias via les logiciels Serco.
McConnell affirme que des complices à l’intérieur du Département de la Justice, incluant Jamie Gorelick, la sœur de McConnell et fondatrice de ConAir Kristine Marcy, ont entamé un programme pour « réinventer le gouvernement » en octobre 1996 en vendant des codes d’accès principaux au réseau fédéral et le logiciel JABS aux mécènes de Clinton, y compris le traître condamné Charles Kushner, Citibank et l’Arabie Saoudite et, leur permettant de ce fait de camoufler des meurtres commandités par de fausses informations destinées à éliminer ou intimider d’éventuels ennemis mutuels, dont le Président Syrien Bachar El-Assad.

Jared Kushner, le mari d’Ivanka Trump et donc gendre et conseiller de Donald Trump, est le fils de Charles Kushner (emprisonné par le procureur du New Jersey et actuel gouverneur Chris Christie – républicain), qui a financé les Clinton et l’ancien maire de New York Rudy Giuliani.
Le financement de la campagne présidentielle d’Hillary Clinton et de la Fondation Clinton

C’est la liquidation, non l’intimidation qui a détruit les Tours Jumelles.
Abel Danger dispose des preuves scientifiques du puzzle, qui expliquent pourquoi rien ne va changer à moins que les faits ne soient rendus publics.


Serco est une société britannique employant 50 000 personnes dans le monde, spécialisée dans la prestation de services dans les domaines de la défense, du transport, de la justice, de l’immigration, de la santé et divers, dans quatre principales régions du monde : le Royaume Uni et l’Europe, l’Amérique du Nord,  l’Asie-Pacifique et le Moyen-Orient.  Ensemble nous apportons un monde d’expérience sur ce que nous faisons.
Infiltration des réseaux de communication du gouvernement Américain par l’intermédiaire des logiciels de Serco
Avec le Réseau de la Console Rouge de la Défense,  court-cuité au cours de l’administration Obama, le Président Trump et son cabinet sont abreuvés de fausses nouvelles sur l’attentat au gaz en Syrie par les Démons de Serco 8(a) insérés dans le réseau federal bridge.

L’ex-Ambassadeur du Royaume Uni : Assad n’était pas l’instigateur de l’attaque chimique


Tournage d’un faux attentat en Syrie

 « Poutine : Idlib était un « coup monté » et nous avons appris qu’il y en avait d’autres de prévus ».

Par Tyler Durden
Le 11 avril 2017 21:36


Pendant que Rex Tillerson était en route pour la Russie, il y a quelques instants, le Président Russe Vladimir Poutine a choqué les journalistes lorsqu’il a déclaré que la Russie avait obtenu des renseignements d’une « source de confiance » que d’autres attaques utilisant des armes chimiques étaient en préparation dans la région de Damas, dans le but de les imputer au gouvernement Assad.
 « Nous disposons de rapports de sources multiples que des coups montés comme celui-ci – je ne peux les qualifier autrement – sont en préparation dans d’autres parties de la Syrie, y compris dans la banlieue sud de Damas. Ils prévoient de déposer des produits chimiques là-bas et d’accuser le gouvernement Syrien de cet attentat », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse commune avec le Président Italien Sergio Mattarella à Moscou.
Le Président Russe a annoncé que la Russie allait officiellement demander au TPI (Tribunal Pénal International) de La Haye de procéder à une enquête sur les armes chimiques utilisées à Idlib. Moscou a écarté toute hypothèse que le gouvernement Syrien qu’il soutient serait à l’origine de l’attaque dans la province d’Idlib.
 « Tous les évènements concernant les ‘attaques chimiques’ qui ont eu lieu à Idlib doivent faire l’objet d’une enquête minutieuse », a déclaré Poutine.
Damas a nié ces insinuations, en faisant remarquer que le secteur visé pourrait avoir été un lieu de stockage d’armes chimiques appartenant à l’Etat Islamique (EI, anciennement EIIS/EIIL) ou aux djihadistes du Front Al-Nusra.
L’incident n’a pas fait l’objet d’une enquête précise pour le moment, mais les Etats-Unis ont tiré des douzaines de missiles de croisière sur une base aérienne Syrienne pour démontrer leur force concernant ce qui été qualifié comme  une attaque chimique par Damas.
Poutine a également souligné que les dernières frappes de missiles américains en Syrie remettent en mémoire le discours des Etats-Unis adressé en 2003 au Conseil de Sécurité des Nations Unies et qui a entraîné l’invasion de l’Irak, un discours qui a depuis été soigneusement analysé comme étant l’utilisation de fausses informations permettant d’obtenir le soutien mondial d’une invasion.
 « Le Président Mattarella et moi avons discuté de ce sujet, et je lui ai dit que cela me rappelait fortement les évènements de 2003, lorsque les représentants des Etats-Unis montraient en séance du Conseil de Sécurité des Nations Unies les présumées armes chimiques découvertes en Irak. L’offensive militaire qui a ensuite été lancée en Irak s’est soldée par la dévastation de ce pays, provoqué l’augmentation de la menace terroriste et l’apparition de l’Etat Islamique (EI, anciennement EIIL) sur la scène mondiale », a-t-il ajouté. 
Le Président Russe a également condamné l’attaque d’Idlib, en la dénonçant officiellement comme un « coup monté ».
Poutine a également dit qu’il n’y avait aucune réunion de prévue avec Rex Tillerson.
A la suite de la déclaration de Poutine, l’état-major général Russe a publié un communiqué annonçant qu’il disposait d’informations concernant des militants ayant transporté des substances toxiques vers les secteurs de Khan Cheikoun, à l’Ouest d’Alep et à l’Est de Gouta en Syrie.

Le chef de la Direction opérationnelle de l’état-major général Russe, le Colonel Serguei Rudskoy, a affirmé que les militants essayaient de provoquer de nouvelles accusations contre le gouvernement Syrien pour l’utilisation supposée d’armes chimiques. Les militants visent à inciter les Etats-Unis à mener de nouvelles frappes, a prévenu Rudskoy, en ajoutant que ce genre de mesures est intolérable. Il a déclaré que selon l’état-major général Russe, de nouvelles frappes aériennes Américaines en Syrie sont inacceptables et que les forces syriennes ne disposaient pas d’armes chimiques ». 

Jared Kushner, méfiez-vous de Jamie Gorelick

Jamie Gorelick, la Maîtresse du Désastre
Il n’est pas fréquent qu’une personne joue un rôle crucial dans deux - faites le compte, deux – catastrophes d’un coût de milliers de milliards de dollars. Bienvenue, mes amis, dans le monde de la très influente Démocrate Jamie Gorelick

Par Jack Cashill
Plusieurs de mes alliés de Washington ont remarqué une information apparemment anodine dans un article du Washington Post de lundi, qu’ils pensaient que je devrais voir. L’article concernait la nomination de Jared Kushner en tant que conseiller de son beau-père Donald Trump.
Ce n’est pas la nomination qui a perturbé mes amis. Ce qui les a perturbés était que le Washington Post mentionnait que l’avocate de Kushner n’était autre que Jamie Gorelick, qui était procureur général adjoint sous le Président Clinton. Le W. Post observait que Gorelick « était confiante dans le fait que le statut d’anti-népotisme ne concernait pas la nomination de Kushner par Trump ».
Le Népotisme constituait l’objet de cet article. Le W. Post ne faisait nullement allusion aux préoccupations que mes amis et moi entretenions sur cette relation. Je leur ai assuré que Kushner ne connaissait probablement pas les antécédents de Gorelick. J’écris ceci pour le mettre au courant de la raison pour laquelle les bloggeurs ont choisi d’appeler Gorelick : la « Maîtresse du Désastre ».
Quelques révélations récentes.
En 2014, il a été révélé que l’Urban Institute financé par George Soros avait un rôle officiellement reconnu dans le contrôle des organismes à but non-lucratif qui cherchaient à obtenir le statut d’exemption fiscale de la part de l’IRS. (Trésor Public – Impôts sur le Revenu). Gorelick était la vice-présidente du conseil d’administration de l’Urban Institute.
En 2011, elle représentait l’Université Duke pour tenter d’étouffer une plainte de la part de membres de l’équipe de lacrosse dont les vies avaient été bouleversées par de fausses accusations de viol que l’université avait favorisées et encouragées.
En 2010, Gorelick représentait BP dans le bourbier de la marée noire de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon. Mais il y a pire, bien pire.

En 1993, en qualité de procureur général adjoint sous le Président Clinton, Gorelick faisait fonction de « commandant sur le terrain » pour l’horrible assaut du gouvernement sur une communauté religieuse de Waco, Texas, qui a causé la mort de plus de quatre-vingt personnes, dont vingt enfants.
En 1995, elle a rédigé l’infâme circulaire sur le « cloisonnement » qui a empêché le FBI et la CIA de partager des informations lors de la répétition en vue du 11 septembre (lors du premier attentat sur les Tours Jumelles). A ce moment-là, un enquêteur désemparé du FBI a écrit un mémo à son siège qui comprenait la phrase : « Un jour quelqu’un va mourir – et cloisonnement ou non – le public ne comprendra pas pourquoi nous n’avons pas été plus efficaces ».
En 1996, Gorelick est montée en puissance, assumant un rôle décisif dans l’enquête sur la catastrophe du Vol 800 de la TWA. Il s’agissait du Boeing 747 qui a explosé sans explications au large de la côte de Long Island en juillet 1996, causant la mort de 230 personnes. (Selon certaines rumeurs, l’avion aurait été abattu par un missile tiré d’un sous-marin Israélien, NdT). 
En tant que procureur général adjoint servant sous une Janet Reno incompétente, la mission de Gorelick était de régenter le FBI. Après cinq semaines d’enquête, elle a convoqué le ponte du FBI Jim Kallstrom à Washington pour lui administrer une bonne dose de réalisme politique. Assurément, aucun compte-rendu de la réunion du 22 août ne contient autre chose que des détails de routine, mais les comportements ont commencé à changer immédiatement après.
Le FBI avait déjà commencé à faire fuiter au New York Times des informations qui se traduiraient par la manchette du 23 août, en haut à droite : « Les premières preuves laissent entendre qu’un appareil a explosé depuis la cabine du Vol 800 ». Cet article a fait diversion sur la tempête déclenchée par l’accord sur la réforme de la sécurité sociale en vue de l’élection dans un article du même jour, ce qui menaçait de saper le message de paix et de prospérité de la Convention Nationale Démocrate de la semaine suivante.
Ce qui s’est produit au cours des quelques semaines suivantes a été la dissimulation la plus ambitieuse et la plus réussie en temps de paix de l’histoire américaine. Au cœur de cette affaire il y  a Gorelick. Avec la complicité des médias et la participation active de la CIA, elle et ses acolytes ont transformé une frappe de missile évidente, en une panne mécanique d’origine indéterminée. 
En raison de son rôle, les mois qui ont suivi le crash ont été émotionnellement éprouvants. En mai 1997, les Clinton semblent avoir récompensé Gorelick pour son impeccable prestation en lui fournissant un emploi qui lui a rapporté 877 573 $ rien qu’au cours du premier semestre qui a suivi.

Concernant une recherche de probité, aucun journaliste ne s’est même jamais posé la question de savoir pourquoi une bureaucrate de niveau intermédiaire sans expérience de la finance ni du marché immobilier aurait obtenu la vice-présidence de Fannie Mae, une sinécure que le Washington Monthly a appelé « l’équivalent de gagner à la loterie » (en français : un « fromage » de la République).
Six ans après, et 25,6 millions de $, ayant apporté sa contribution au délabrement de l’économie Américaine, Gorelick a répondu une fois de plus à l’appel du devoir en occupant un des cinq sièges réservés aux Démocrates dans la Commission d’enquête sur le 11 septembre.
Au cours des auditions de la Commission en 2004, le Directeur de la CIA George Tenet a mentionné pour la première fois « la cloison qui était en place entre l’aspect criminel et la partie du renseignement ». Tenet a fait paraître cette cloison comme impénétrable.
 « Ce qui se trouve dans un dossier criminel ne franchit pas cette ligne. Les réglementations sont absolument étanches », a-t-il insisté. « Donc si même des gens de la Division Criminelle et des Divisions du Renseignement du FBI ne pouvaient pas se parler, c’était a fortiori le cas entre eux et nous ou nous et eux ».
Dans sa réponse à Tenet, Gorelick a reconnu l’existence du cloisonnement et a prétendu avoir utilisé la « force brute » pour tenter de l’ouvrir, mais elle n’a en rien assumé sa responsabilité dans sa création. La tâche de lui en imputer la responsabilité est revenue au Procureur Général John Ashcroft.
 « La seule et unique plus grande cause structurelle du 11 septembre était le cloisonnement », dit Ashcroft. « La divulgation complète m’oblige à vous informer que son auteur est un membre de la commission ». Cet auteur, bien sûr, était Gorelick, la même responsable qui avait supervisé la coopération entre le FBI et la CIA dans la corruption de l’enquête sur le crash du Vol 800 de la TWA. 
Comme le pays l’a appris à la suite du 11 septembre, le « cloisonnement » qui a été franchi avec une grande facilité pour protéger les secrets du Vol 800 de la TWA a tenu beaucoup plus solidement lorsqu’il s’agit des secrets de nos ennemis.
Jared, ne lui faites pas confiance ! Si besoin est, je serais heureux de m’asseoir dans une salle de réunion avec Mme Gorelick et tirer cela au clair ».



Traduction Française Patrick T Rev. Isabelle

No comments:

Post a Comment

MR II



CC in French, Portuguese and Spanish

Pour activer les sous-titres, cliquez sur la roue dentée dans le menu du vidéo.





ESOTERIC



Svp., cliquez sur l'icône YouTube et puis sur le petit carré en bas, à droite, pour obtenir les sous-titres (CC) et choisissez FRANÇAIS


埋め込み画像 8埋め込み画像 6

Kryeon - LE SÉJOUR DE L'ÂME EN INCARNATION - Partie 2